• Après un très bon trailer et un teaser sans intérêt voici que la Warner dévoile une vidéo virale dans laquelle le général Zod s'adresse au peuple de la Terre.

    Rendez-vous le 19 juin pour voir ce qu'il en est de ce nouveau Superman ! 

    Cyborgwolf

    votre commentaire
  • Panini annonçait la semaine dernière la sortie du magazine All New X-Men en août. On sait ajourd'hui quelles séries accompagneront ANX et c'est Uncanny Avengers de Bendis et Bachalo ainsi que Cable and X-Force de Hopeless et Larroca. Bien que les 2 séries ne soient pas extraordinaires, il est plaisant de voir qu'il y a malgré tout une certaine cohérence éditorial.

    Sortie dès août en mensuel pour un prix de 4,80€

    Cyborgwolf

    votre commentaire
  • cover

    Et voilà, une centaine de plus, on atteint donc cet avril le numéro 900 de l’iconique magazine Detective Comics qui publie essentiellement, depuis son #27, les aventures du dark knight. Pour l'occasion, DC nous propose un numéro spécial de 80 pages, portant modestement le macaron de « spectacular » (ben voyons) découpé en cinq parties distinctes dont quatre sont réalisées par Layman, l'auteur régulier du titre, et une par Tynion IV, le robin humain de Snyder. Le tout est entrecoupé d'arts de dessinateurs très divers, tels que Francavila, Nguyen ou encore Maleev. On a donc affaire, dès le début, à une formule éditoriale assez cheap pour un numéro normalement exceptionnel.

    The 900 : Layman & Fabok

    Cette partie, réalisée par l'équipe régulière du titre, est la plus longue et la plus dynamique. Comme l'anticipe avec une subtilité de camion-poubelle la couverture, l'auteur nous offre ce qui s'apparente à un plagiat de Spider-Island à la sauce Man-Bat. La baston et la destruction urbaine marchent main dans la main, ne laissant place à pas grand chose d'autre au milieu sinon à la bonne vieille phase du héros qui pantoufle dans son labo pour trouver le moyen scientifique de régler tout le tintouin. Seul le cliff final viendra nous rappeler qu'on se trouve bien dans un épisode de DC et non de TDK. Fabok soutient cette impression parpaing grâce à son trait moderne : attendez-vous donc à du muscle saillant qui s'illustre sur des pleines pages et autres créatures monstrueuses bodybuildées. TDK, on vous dit.

     

    Birth of a family : Layman & Clarke

    Ici, vous allez découvrir un court back-up qui sert à la fois de prologue à la partie précédente et d'anticipation, peut-être, vers un futur arc. Rien de très important à dire sur cette partie, dans le sens où conspuer son manque d'originalité reviendrait à tirer sur la bat-ambulance. C'est pas franchement folichon non plus du côté du dessin (notamment sur les visages de trois-quarts), mais rien de répugnant non plus. Très vite lu et tout aussi vite oublié en somme.

     

    War council : Tynion IV & Janin

    On met de côté Man-Bat-Island un moment pour passer au back-up de Tynion IV, ou comment un scénariste qui a rien à voir ici vient squatter, sous prétexte de numéro 900, pour placer une intro à son prochain arc sur Talon. L'histoire en elle-même n'est pas franchement mauvaise, il est toujours sympathique de retrouver des talons, mais n'a aucune autre utilité que de montrer quel vilain officiera dans Talon. Et c'est bien là le problème. Déplacée dans un numéro de Detective Comics normal, la présence de ce back-up dans le numéro 900 vire carrément dans le ridicule. Pourquoi choisir en auteur guest un auteur aussi mineur que Tynion IV, qui peine sérieusement à trouver son style, surtout lorsque l'on considère qu'il ne vient même pas faire la promotion du caped crusader, héros pourtant du magazine... Les dessins sont réussis dans l'ensemble, on ne pourra toutefois pas s'empêcher de souffrir pour le pauvre type en bas de la première page qui semble souffrir d'une scoliose particulièrement violente (liefeldienne diront certains).

     

    Birdwatching : Layman & Jonsson

    Layman s'attache, dans ce back-up qui met en scène les dessous de l'attaque des Man-Bats, à relancer l'intrigue qu'il développe depuis son arrivée sur le titre autour de la lutte de pouvoir pour le contrôle de Gotham. L'histoire en elle-même, correcte même si un peu téléphonée, a surtout valeur d'introduction et est , somme toute, assez excitante : à voir donc.

     

    Through a blue lens : Layman & Masters

    Dernière partie de l'issue, Layman ressert un schéma un peu trop éculé (mais qui lui a le mérite de nous rappeler que l'on se trouve dans un numéro anniversaire) : on suit un portrait rapide de Batman effectué de l'extérieur, par un homme de la rue (un policier en l'occurrence) qui l'a croisé . C'est rapide, exécuté sans grande finesse et le changement de point de vue n'apporte pas d'éclairage nouveau sur la perception du personnage, malgré la tentative de fournir un contrepoint grâce à la présence d'autres personnages hostiles au héros.

     

    C'est donc avec un sentiment de déception que l'on repose ce Detective Comics 900. Banal dans ce qu'il propose, il constitue une issue normale, beaucoup trop normale pour un numéro anniversaire. L'intégration des différents arts, malgré la relative laideur de certains, forme un bonus toutefois appréciable, voire réjouissant. A réserver, a priori, à ceux qui suivent et apprécient le run de Layman, puisque c'est précisément à eux que le numéro s'adresse à 80%.

    Simon

    prv15909_pg4

    votre commentaire
  • La très bonne série de Jason Aaron superbement dessinée par Esad Ribic s'offre une preview pour son huitième numéro. On nous tease ici la suite de l'affrontement entre Thor et Gorr le Godslayer et la possible arrivée d'un personnages dont on taiera le nom.

    Sortie le 8 mai.

     

    prv16080_cov

    prv16080_pg1

    prv16080_pg2

    prv16080_pg3

    prv16080_pg4

    Cyborgwolf


    votre commentaire
  • Wolverine and the X-Men est une des rares séries mutantes  à rester de qualité plutôt correcte. Ainsi la « saison 2 », qui fait écho à la nouvelle année scolaire de la Jean Grey School  se passe et malgré l’arc du cirque qui n’était au final pas extraordinaire.

    Le 13 mars sortait le numéro 26, un numéro dans lequel Marvel annonçait le retour d’un personnage issue du passé de Wolverine que l’on avait notamment pu voir dans Wolverine Origin : Dog !

    Pour ceux qui n’ont pas lu Wolverine Origin (c’est mal finissez de lire cette review et foncez lire ça !) Qui est Dog ? Thomas Logan qui est simplement appelé Dog est le fils du gardien de la propriété de la riche famille que sont les Howlett. Il garçon violent tandis que son père est un alcoolique tout aussi violent. Les actions de Dog contribueront à faire renvoyer son père de la propriété des Howlett ce qui aura des conséquences importantes par la suite que ne dévoilerons pas.  Cette histoire s’est passé il y a plus de 100 ans et depuis la seule chose que l’on savait de Dog était qu’il avait trouvé un moyen d’arriver dans notre époque (voir Astonishing Spider-Man and Wolverine).

    Maintenant que vous savez plus ou moins ce qu’il s’est passé pour Dog revenons à WatXM #26.

    Wolverine décide d’emmener quelques élèves sur la terre sauvage où l’on trouve des dinosaures et plein d’autres choses essayant de vous tuer (l’équivalent de l’Australie donc) pour leur apprendre comment survivre en milieu hostile. Il les laisse donc se débrouiller pour tenter de trouver leur chemin pour quitter cette île. Mais  Logan n’aurait jamais pensé revoir ce vieil « ennemi » et encore moins en terre sauvage.

    L’intérêt de ce numéro n’est pas l’affrontement entre Dog et Logan mais plutôt les rappels du passé des deux hommes. En effet même si l’on a lu Wolverine Origin on prend plaisir à se plonger dans les souvenirs de Dog car ils nous offrent un point de vue différent sur les évènements de leur passé et notamment cette fameuse nuit tragique où tout bascula. L’après Wolverine Origin est aussi évoqué ; on y voit comment Dog a survécu dans la nature et on ressent presque de l’empathie pour le personnage. C’est donc un bon point de ce coté là. Le combat à notre époque lui est tout à fait classique et même si cela reste sympathique ce n’est pas non plus transcendant.

    Coté dessins on note une très grosse différence entre le récit au présent et les flashbacks. En effet ceux-ci sont monochromes  rouges ou bleu et arrivent à nous plonger dans l’époque où le récit de dog se situe. La partie au présent reste-elle de la même qualité que les anciens numéros et on pourra reprocher à  Ràmon Perez de ne pas se donner à fond sur certains passages.

    Au final si vous avez apprécié Wolverine Origin ou que vous souhaitez simplement en apprendre plus sur la vie passée de Logan et Dog ce numéro 26 est fait pour vous. Plutôt bien écrit sans non plus apporter des grosses révélations sur les personnages, c’est un récit que l’on vous conseille donc !

    Cyborgwolf

    votre commentaire