• Batwoman - Elegy

    Batwoman : Élégie pour une ombre est sorti au mois de Juin 2011. Au scénario on retrouve Greg Rucka et J.H Williams au dessin. Ici on est bien loin de ce que l'auteur a pu faire sur The Punisher où la violence était maîtresse dans un monde crédible.

    En effet dans cet album tout paraît fou et très peu réaliste et on est plongé au cœur de situations déjantés. Une chose inhérente à Gotham et ses super-vilain qui ne choquera donc personne.

     

    9782809419139

    Couverture de l'édition panini-comics

    Gotham-City voit une nouvelle Batwoman faire ses débuts contre une psychopathe se prenant pour Alice du pays des merveilles. Celle-ci considère qu'elle est la reine de Gotham et qu'elle peut sacrifier chaque être humain pour elle. La nouvelle héroïne va donc tenter de l'arrêter tout en essayant de préserver sa vie privée avec sa famille et ses amis.

    L'histoire commence de manière tout à fait classique avec la « présentation » de la nouvelle Batwoman dans son quartier général ainsi que sa rencontre avec Alice. L'originalité de l'histoire tient surtout dans les thèmes abordés par l'auteur. En effet le thème de la l'homosexualité féminine est mis en avant à travers l'héroïne; ainsi on sent un positionnement de Rucka sur la question et ce thème sera récurent dans la vie privée de Batwoman.

     

    Les scènes d'affrontement entre Batwoman et Alice elles sont plus confuses , on a parfois du mal à comprendre ce qui se passe et pourquoi certains personnages sont présents lors des scènes d'action.

    De plus le choix d'Alice au pays des merveilles est étrange, on ne comprend pas vraiment le rapport avec la méchante de l'histoire car les personnages ou les actions qu'on serait en droit d'attendre ne sont pas présents dans cette histoire ( Dans toutes les histoires d'Alice du monde on a un chapelier fou, un Jaberwookie et d'autres personnages tout aussi connus. ). De plus certains personnages eux sortent d'on ne sait où et cela devient assez déstabilisant lors de la première lecture.

    Tout ceci ajouté au fait que les personnages de contes sont utilisés à outrance et qu'à force il peut y avoir une saturation. On a les jeux vidéos, les films, les bd , les séries sur Alice, le petit chaperon rouge, Alice et d'autres contes … J'ai l'impression que c'est un effet de mode tout comme les vampires ( Batman affronte les vampires, les X-Men affrontent les vampires.... Bref vous me suivez. )

    Pourtant les parties concernant l'histoire personnelle de l'héroïne sont très agréables et intéressantes à lire. On s'attache très vite au personnage et à son histoire atypique et les flashback sont plutôt bien amenés . L'alternance des scènes où Batwoman apparaît et celles où elle est dans la vie civile est réussi , de ce coté là l'auteur a réussi son boulot.

    Coté graphique on note aussi une alternance entre les moments où on est en présence de Batwoman

    et celle où l'héroïne met son costume au placard.

    Pendant les combats tout ce qui représente la justicière est rempli de rouge sang tandis que tout le reste est très sombre. On est à la limite du noir et blanc avec des teintes de rouge qu'on connaît bien grâce à Sin City ( que ce soit le comics ou le film ). Le tout est plutôt agréable même si certains passages sont assez confus ( le scénario n'aidant pas toujours ).

    Un autre point positif est la disposition de certaines planches. On est parfois face à des pages aux cases placées de manière originale qui rajoutent un grain de folie au récit.

    Les scènes de la vie privée du penchant féminin de Batman sont elles plus classiques et beaucoup plus ternes. On a l'impression d'être en face d'une BD franco-belge du style Blake et Mortimer ( Ce n'est que mon ressenti ) et cela rend le tout beaucoup plus agréable à l'œil. Tout comme pour le scénario ces moments sont pour moi les plus réussis du récit.

    batwoman-elegie-pour-une-ombre-extrait-1

    Batwoman : Élégie pour une ombre est donc une semi déception. D'un coté on se demande ce qui est arrivé à l'auteur pour nous avoir sorti certaines scènes étant au mieux confuses, au pire totalement ratées. De l'autre on a des passages qui sont vraiment plaisantes et qui se lise assez rapidement. Reste le prix ( Une vingtaine d'euros ) qui est un peu excessif pour une BD qu'on ne retiendra pas pour son génie; toutefois je vous conseille de vous faire votre propre avis en lisant le début en magasin/librairie. Qui sait, vous aurez peut être un avis différent.

    Petite précision, aujourd'hui on sait tous que c'est Urban qui possède les droits pour DC. Cependant il reste encore trouvable sur internet. Mais si vous souhaitez avoir une réédition d'Urban pour la collection sachez que l'album sera réédité le 17 août de cette année dans la collection DC Renaissance.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :