• Captain America & Bucky : Old Wounds

     

     

    old wound

    Dans les années 40, Steve Rogers et James Barnes portaient les costumes de Captain America et Bucky. Pourtant en pleine seconde guerre mondiale, Captain America et Bucky sont présumés morts au combat. Ne voulant pas que la mort du super-soldat affecte le moral de ses troupes, le président Roosevelt décide de faire porter le «  costume » de Captain & Bucky par deux nouvelles personnes : William Naslund et Fred Davis. Mais Will Naslund est aujourd'hui décédé et seul Fred Davis l'ancien Bucky reste pour raconter leur histoire. Pendant ce temps un ancien super-vilain refait surface en tentant d'assassiner Davis.

     

    Le scénario écrit par Ed Brubaker se divise en deux parties. Les scènes de souvenirs vécues par Fred Davis et les scènes vécues à notre époque. On enchaîne flashback et scène d'aujourd'hui avec une certaine fluidité qui rend le récit agréable à lire. Les moment de vie dont se remémore Fred Davis sont d'ailleurs particulièrement réussies. Tout d'abord l'époque est assez bien retranscrite. Cette ambiance est appuyée par les couleurs utilisées. Cependant on note que toute l'intrigue qui se situe de nos jours est plus faible que les scènes d'époque. L'histoire est « too munch » et le coté récit d'espionnage ne rend pas très bien. On sent que sur ces passages l'auteur à voulu trop en faire même si ce n'est pas à proprement parler mauvais.

     

    Coté dessin le constat est très variable. Globalement Francesco Francavilla ne livre pas ici son meilleur travail. On se retrouve au final avec des scènes assez brouillonne où on fait la différence entre certains personnages avec difficulté. Le récit perd de sa force à cause des dessins et on a du mal à rentrer dans l'histoire.

     

    detail

    L'album contient aussi une histoire de 1977 qui est un «  what if » c'est à dire une histoire alternative. Ce récit prend le parti de se demander ce qu'il se serait passé si l'équipe des défenders ne s'étaient jamais séparés. Cette histoire est assez anecdotique et le dessin d'époque est très commun à ce qui se faisait dans l'industrie. Il n'y a donc pas grand chose à dire sur cette partie.

     

    En conclusion, on peut dire que cet album n'est pas indispensable. Le plot de départ n'est pas mauvais mais les quelques faiblesses de scénario et le dessin ne faisant pas du tout honneur au travail de Brubaker peuvent être un frein. Au final il est préférable de se contenter de la série principale de Captain America toujours écrite par Ed Brubaker.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :