• House of M : Masters of Evil

    couv

    2005. Dans la célèbre série House of M orchestrée par Bendis et Coipel, Scarlet Witch, fille de Magneto, transforme la réalité grâce à ses pouvoirs pour créer un monde où les mutants, loin de leur état de persécution habituel, contrôlent la planète grâce à la « Maison M », un gouvernement mutant supranational dirigé par Magneto. Le pouvoir judiciaire de cet état, quant à lui, est assuré par la garde rouge, un équivalent du S.H.I.E.L.D. composé principalement de mutants (Wolverine, Rogue, Nightcrawler…).

    Si l’excellente série principale se consacre essentiellement sur les efforts de certains héros pour rendre à la réalité son cours normal, le scénariste Christos Gage (Thunderbolts, Avengers Academy) et le dessinateur espagnol Manuel Garcia (Black widow, Iron Man : noir) s’interrogent, dans le tie in House of M : Masters of Evil, sur le destin des super-vilains de l’équipe de Parker Robbins, alias The Hood, et plus généralement sur la vision des homo sapiens normaux dans un monde de mutants.

    garde rouge

    Le premier épisode commence, de manière très convenue, par une reprise de l’univers normal : on y voit ainsi un Hood réunir une galerie de super-vilains (la wrecking crew, constrictor, absorbing man, madame masque…etc) dont le but est, comme toute bonne génération de Masters of Evil, l’enrichissement (en l’occurrence, par le vol de métaux dans une usine à sentinelle). L’idée germe rapidement dans l’esprit du malin Parker de fonder, comme la face opposée de la même pièce, une ligue de défense des sapiens, organisation légale qui couvre les méfaits des Masters of Evil. Le plan dépassera toutes les attentes de Parker, puisque les sapiens persécutés verront rapidement en lui un héros, une icône, et feront finalement évoluer les Masters of Evil du rang de simples criminels à celui de guérilleros révolutionnaires. Le scénario du comic laisse un goût mi-figue mi-raisin à la lecture, dans le sens où les deux premiers épisodes, soit la moitié de l’œuvre, se focalisent sur les actions crapuleuses des Masters, le tout sous un rythme relativement lent et finalement assez peu intéressant (d’ailleurs, l’intégration du comic à la série House of M n’est pas, dans ce début, des plus convaincantes : elle apparait gadget et peu pertinente). A l’inverse, l’avènement du troisième épisode et l’évolution de la bande de voyous vers des rebelles surhumains transforment une œuvre banale en une sorte de peplum moderne qui monte en apothéose jusqu’à un final tragique qui nous fait voir d’un autre œil la bande de vilains, tout en traitant un aspect intéressant de House of M peu évoqué dans la série principale, à savoir la persécution des sapiens, en écho aux évènements de Genosha  dans l’univers normal.

    masters of evil

    Aux dessins, Manuel Garcia assure le travail sinon avec brio, du moins avec efficacité. Si les dessins ne repoussent certainement pas, il parait peu probable qu’ils soient en mesure de susciter une réelle admiration chez le lecteur. Tous les protagonistes n’en sont pas moins aisément reconnaissables, et les scènes d’actions, malgré leur classicisme, ne manquent pas de dynamisme. Un point noir cependant subsiste : le comic est marqué par une véritable valse d’encreurs et à moindre mesure de coloristes, brisant parfois légèrement l’unité de la partie graphique.

                En conclusion, ce comic, qui apparait de prime abord plutôt dispensable, justifie son intérêt grâce à l’intéressante et tragique seconde partie, qui demeure toutefois assez juste dans son dosage dans la mesure où les Masters conservent un esprit particulier, sans se changer subitement en héros. Ce tie in est conseillé en priorité aux fans de la série House of M, ainsi qu’aux amateurs de peplum (auxquels on recommandera plutôt un Planete Hulk d’une qualité très supérieure).

    santo rico

    Le tie in est disponible, en VO en TPB et en VF dans le quatrième numéro de Marvel Heroes Extra, encore trouvable sur internet à la rédaction de l’article.

     

    Simon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :