• Lille Comics Festival : retour en grâce ou pétard mouillé ?

       L’évènement comics français de ce mois d’avril était bien sûr le grand retour du Lille Comics Festival. Après l’annulation de l’édition 2012, les fans de comics attendaient fébrilement l’édition 2013 qui, en plus de proposer un panel d’artiste assez impressionnant  offraient l’hospitalité le temps d’un week-end à toute personne s’intéressant de près ou de loin à la culture comics, l’entrée du festival étant gratuite. Après une Comic Con 2012 sympathique et une Paris Comic Expo assez exceptionnelle pour les fans de comics français, ce fût donc plein d’attentes que je me rendis en territoire Nordiste, afin d’assister au premier évènement comics majeur de 2013. 

     

    affcihe LCF 2013
     
     
     

      Venant de Paris, après près de 200 kilomètres de voiture, j’arrive à la gare Saint-Sauveur de Lille, premier constat, il faut être bien informé pour savoir que le festival à lieu ici, peu de pancartes (pour ne pas dire aucune car j’ai peut être mal vu), bannières inexistantes, seulement des poster au format A3 sur les portes battantes de l’entrée. Au vu de la gratuité du festival ce point là peut être compréhensible mais admettons tout de même qu’il y a mieux pour mettre en avant un évènement qui gagnerait à se faire connaître, d’autant que l’aspect gratuit le destine à l’entrée pour tous (informés ou non).

    Passé l’entrée, je me retrouve donc dans l’ancienne gare, lieu tout à fait original et dont la cadre aurait pu être très bien, si il avait été mieux exploité et surtout chauffé … Car oui nouveauté 2013 l’accent est mis sur la convivialité et seul la chaleur humaine vous permettras de survivre dans le froid Lillois. Le budget chauffage n’a sans doute pas été mis dans l’habillage et la décoration tant le lieu nous donnait l’impression d’assister à une rave party dans un entrepôt désaffecté fait de parpaings et de tôle. L’exposition « 100 fois Batman » était très jolie mais peu mise en valeur, au fin fond de la salle et dans l’obscurité, dommage pour la forme donc … On pourrait me dire que je cherche la petite bête et que pour un festival gratuit c’était tout à fait honorable, c’est vrai. Mais pour un festival de ce renom je ne trouve pas. J’aurais préféré payer 5-10€ et être assuré de passer une après-midi dans de meilleure conditions et puis il ne faut pas oublier non plus que l’essence, le train ou même le fiacre ne sont pas gratuits.

    <o:p> </o:p>

      Passons maintenant à la partie qui blesse, l’organisation des dédicaces. Le principe de base était intéressant, un peu exotique certes mais très intéressant. En effet pour 4€ on pouvait obtenir un print d’un auteur et un ticket dédicace valable la journée de l’achat. Le ticket ne garantissant quand même pas un free skecth, ceux-ci étant réalisés selon le temps alloué par chaque dessinateurs à leurs réalisations durant la journée. Là où le bas blesse, c’est qu’apparemment la majorité des dessinateurs proposaient leurs séances de free sketch le matin, résultat, une ruée vers les tables des artistes dès 10h30 du matin (oui le salon a ouvert à 10h30 au lieu de 10h laissant les gens profiter du soleil et des 25 degrés qu’offrait la ville au petit matin). Des files d’attentes pour chaque artiste donc, et la possibilité pour les fans de ne récupérer en général qu’un ou deux free skecth maximum, car en choisissant une file on faisait une croix sur une autre inévitablement. On sortait de la filen l’heure de free skecth (enfin les 10-15 dessins par artistes) était fini… Je me rappelle des « packs » de 10 prints vendus avant l’ouverture faisant miroiter plusieurs jolis sketchs à leurs acquéreurs et je me pose maintenant l’utilité des ces « packs ». Après c’est un manière de financer le festival et je suis tout à fait militant pour cette initiative mais lorsque celle-ci ressemble plus à de l’escroquerie qu’autre chose on se dit qu’on aurait mieux fait de rester chez soi, je m’explique. Arrivant dans l’après midi et ayant pris connaissance des modalités des dédicaces au préalable sur le net, je me dirige vers le stand asso (où était vendu les fameuses prints et ticket dédicace) et demande à la personne tenant le stand, si certains auteurs font encore du free skecth, il me dit que oui pas de problème. J’achète donc mon ticket dédicace et j’obtiens pour l’achat de ce ticket un print de monsieur Paquette. Je vais donc faire un tour des tables d’artistes selon mes préférences et là je me reçois une volée de « no more free skecth » de la part des dessinateurs présents… Je retourne donc au stand Asso pour me plaindre et là en m’envoie gentiment balader en me disant que « j’étais prévenu ». D’accord…  En tout cas effectivement j’étais prévenu, la vente de « ticket dédicaces » au delà de 12H30 était une escroquerie. Avant d’écrire cet article je me suis dit que mon cas devait être isolé étant arrivé dans l’après midi, mais c’est sans compter sur les « plaintes » du même genre que j’ai pu voir sur la page facebook du festival. Honnêtement je ne pense pas qu’il aurait été compliqué de tenir un planning avec des heures de free sketch reparties sur la journée pour permettre à tout le monde d’obtenir des dessins sans payer plus de 4€, comme cela avait été fait à la comic con ou à la PCE par exemple.

    <o:p> </o:p>

      Je vais finir par une brève critique sur les stands vendeurs de comics présents, cette partie ne met pas en cause le festival, mais bon étant extrêmement déçu par les activités proposées par le festival en lui même, je me suis dit qu’au moins je ferais sans doute des bonnes affaires en trouvant des comics shop vendant à « prix salon ». Quetchi mon garçon ! A part certains bacs avec peu de comics à la qualité variable et à l’interêt minime (numéro 179 ou 47) à des prix moyennement intéressants (3€ minimum pour un comic VF kiosque). Le reste n’était que fruit de la spéculation des vendeurs de comics shop peu scrupuleux, j’entends souvent les libraires « râler » à cause des pseudos cotes imposées par les spéculateurs du net, que le marché est névrosé par des achats puis des reventes par palette de numéros 1 ou annoncé « collector » . Et bien messieurs il serait peut être temps de montrer l’exemple, quand on voit que des mags ne dépassant pas 3-4€ sur le net, sont étiquetés à 9,50€, on se demande de quel camp provient la spéculation… La plupart des stands pratiquant cette politique je me suis rapidement « enfui » de l’espace vente du salon, qui au passage était minuscule mais bon, quand on voit le résultat on se dit que des stands supplémentaires n’auraient rien apporté…

    <o:p> </o:p>

      Comme vous avez pu le lire donc, ce Lille Comics Festival 2013 fût pour moi une énorme déception. Entre un lieu peu accueillant, une organisation à la ramasse, des auteurs pris d’assaut dès le petit matin dû à une absence totale de planning et pour finir des stands pratiquant des prix défiants toute concurrence (pas dans le bon sens). Le festival cumule les problèmes. A moins d’un changement de direction pour l’année prochaine, le Lille Comics Festival c’est fini pour moi…

    <o:p> </o:p>

    P.S : je ne parle même pas de l’impossibilité pour les sites "amateurs" d’interviewer les dessinateurs (pourtant présents en grands nombres), ceux-ci étant disponibles exclusivement pour les partenaires du salon. Mais c’est un autre débat , a bientôt sur Comics Corps.

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Stefok

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

     
     

  • Commentaires

    1
    Moria
    Dimanche 7 Avril 2013 à 19:38
    Pour leur défense, le chauffage c'est celui de Saint Sau et il est en effet foireux, toujours. Quant aux free sketch, les auteurs n'avaient pas l'air d'être sûrs eux-même du nombre de sketch qu'ils étaient d 'accord pour faire gratuitement, difficile de prévoir dans ces conditions. En dehors de Barry Kitson par exemple qui faisait tout gratuitement et avec classe ! Avec des free sketch aussi élaborés que les siens (ils étaient magnifiques mais plus d'une heure par sketch !), logique que les gens arrivés l'aprem aient peu de chance d'approcher. Rien d'original. Mais sinon il est vrai qu'il faisait très froid et qu'à cause de ce problème les zones au fond encore moins bien chauffées ne pouvaient pas être mises en valeur (si ce n'est par un guide très enthousiaste de l'expo Batman ! d'ailleurs vraiment chouette). Et en général la salle était mal foutue et du coup pas super bien exploitée. Un changement de direction non, une organisation revue et adaptée à ce nouvel espace ça oui, je pense que c'est ce qui a posé problème : l'organisation s'est basée sur son expérience passée qui n'était au final pas applicable à cette nouvelle salle très particulière.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :