• Thanos Rising #1 - Review

     

    Thanos Rising #1

    Depuis Avengers au cinéma, Thanos est en phase de devenir l’un des ennemis les plus populaires auprès du grand public. Figure tragique par excellence, le Titan Fou à connu de nombreux récits de très bonne qualité sous la plume de son créateur Jim Starlin ou du duo Dan Abnett & Andy Lanning. On notera néanmoins que les histoires revenant sur l’origine du personnage sont quasi, voire totalement inexistantes. L’univers cosmique (re)prenant de plus en plus de place chez Marvel (les récentes séries Nova, Guardians of the Gualaxy, le film prévu pour 2015…), c’est l’occasion parfaite pour le scénariste Jason Aaron de donner sa propre vision de l’origine de Thanos dans une mini-série en 5 parties.

     

    Le numéro s’ouvre majestueusement sur la grande silhouette bleue. Sombre et grave, il avance sur Titan, planète dévastée, mais également son monde d’origine. Thanos est venu se recueillir. Ou peut-être chercher qui il est.

     

    THANOS Rising_01 Avengers

    Aaron reprend tout à zéro, en commençant par les fondamentaux. On assiste dans ce premier numéro de la naissance de Thanos jusqu’à l’âge ingrat de l’adolescence. Difficile de croire que le monstre qui a battu presque tout les héros Marvel en même temps fût un jour enfant. Très sensible, intelligent et physiquement différent des autres, Aaron évite néanmoins le schéma classique du surdoué rejeté et fait de Thanos un enfant comme tout les autres (ou presque), étrangement attachant pour le lecteur.

     

    ThanosRisingpanel
    Félicitation, c'est un garçon

    Le numéro prend quelques allures de teen-comics, contrastant avec le début sombre et tout en puissance. De manière générale, on n’apprend pas énormément de choses et il faudra attendre la fin du numéro pour finalement entrevoir la montée en puissance du titan. Mais ne vous attendez pas à le voir exploser des planètes et courtiser la Mort, ça reste orienté « adolescent ». On peut déplorer un manque de tragique, au sens shakespearien du terme. On aurait également aimé en voir un peu plus sur ses relations familiales, à peine montrées.

     La question principale reste de savoir à qui s’adresse ce comic. Ce n’est pas le Thanos qu’on à l’habitude de voir dans Le gant de l’Infini, Annihilation ou Thanos Imperative. Tout, ou plutôt rien de ce qui fait qu’on l’aime n’est présent ici. Ce serait néanmoins mentir de dire que je n’ai pas aimé, et dans tout les cas, on assiste ici à une page de l’Histoire de Marvel et probablement aux origines les plus canoniques (puisque les seuls) de Thanos pour un bon moment.

    Laissons le bénéfice du doute à Aaron. Après tout, Thanos ne restera pas adolescent éternellement. Et puis, il reste toujours les beaux dessins de Simone Bianchi qui nous dépeint un univers très orienté SF dans les tons de bleus/violet. On notera également que le duo a eu la noblesse de dédier la série à Jim Starlin.

    Laissons Thanos grandir, en espérant qu’Aaron ne bousillera pas les origines de l’un des personnages les plus charismatiques des comics. 

    DevilPoulet

     

    thanos-rising-1

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :